Des vidéos de protestation en Iran montrent des troubles à travers le pays : “Mort au dictateur”

Des vidéos sont apparues de nouvelles manifestations à travers l’Iran cinq jours après la mort de Mahsa Amini après avoir été arrêtée par la police plus tôt dans la semaine.

La femme kurde de 22 ans a été arrêtée à Téhéran par la police des mœurs, qui l’a accusée d’avoir enfreint la loi stricte de l’Iran obligeant les femmes à se couvrir entièrement les cheveux avec un foulard.

Amini, qui aurait été battue après son arrestation, est décédée à l’hôpital après avoir passé trois jours dans le coma. Les autorités iraniennes affirment qu’elle a souffert d’une “insuffisance cardiaque soudaine”, mais cette explication a été rejetée par sa famille.

Mercredi, les manifestations se sont poursuivies dans tout l’Iran, notamment à Téhéran, Chiraz et Mazandaran.

À Urmia, Piranshahr et Kermanshah, les forces de sécurité ont ouvert le feu à balles réelles, faisant trois morts, selon des militants s’adressant à la BBC.

Le journaliste Golnaz Esfandiari a posté une vidéo sur Twitter, qui aurait été prise sur la place principale de Kerman, montrant une foule acclamant et scandant “mort au dictateur” alors qu’une femme se coupe les cheveux en signe de protestation. Le clip est devenu viral sur la plate-forme de médias sociaux, recevant plus de 1,9 million de vues à ce jour.

Esfandiari a écrit : « Des scènes sans précédent en Iran : une femme est assise sur une boîte utilitaire et se coupe les cheveux sur la place principale de Kerman pour protester contre la mort de Mahsa Amini après son arrestation par la police des mœurs. Les gens applaudissent et chantent « Mort au dictateur ». .'”

Le militant iranien des droits de l’homme Masih Alinejad, actuellement en exil aux États-Unis, images tweetées elle a dit qu’elle était originaire de Mazandaran, dans le nord de l’Iran. Il montre des femmes brûlant leur foulard sous les acclamations d’une grande foule, avec une femme aux cheveux nus dansant devant le feu.

Alinejad a écrit : « Les braves gens de Mazandaran, ma ville natale, dansent pour la liberté qu’ils méritent. Je pleure en regardant des femmes brûler leur foulard. Mahsa Amini a été tuée à cause de ce foulard mais elle est devenue un tournant pour les femmes iraniennes et un point de basculement. pour le régime.”

Un autre clip publié par Alinejad prétend montrer des étudiantes universitaires de la capitale iranienne de Téhéran en train de retirer leur foulard noir tout en scandant “nous ne voulons pas de hijab forcé”.

Ils sont acclamés par d’autres manifestants, y compris des étudiants masculins, dont certains ont des pancartes de protestation.

violent affrontements a éclaté entre la police et les manifestants dans un certain nombre de villes, dont Rasht, où une vidéo montre la police anti-émeute forcée de battre en retraite alors qu’elle se bat avec une foule nombreuse.

Les autorités iraniennes affirment qu’un assistant de police a été tué par des manifestants à Chiraz, bien que cela n’ait pas été vérifié de manière indépendante.

L’Iran est gouverné par une théocratie ultra-conservatrice depuis la révolution de 1979, qui a déposé le dernier shah. Plus tôt cette année, une militante iranienne des droits de l’homme a été condamnée à huit ans de prison et 70 coups de fouet, selon son mari.

Lundi, le président iranien Ebrahim Raisi a assisté à l’Assemblée générale des Nations Unies à New York.

Raisi a été accusé de négation de l’Holocauste après une interview avec CBS pendant le voyage, dans laquelle il n’a pas dit avec certitude que le meurtre de masse de six millions de Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale avait eu lieu, affirmant que le sujet devait être “enquêté et recherché”.

Newsweek contacté le ministère iranien des Affaires étrangères pour commentaires.

Articles similaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

Le plus populaire