Donald Trump met en garde contre les otages du Hamas

ad


Il n’y aura « pas de bonne fin » pour les otages américains toujours détenus à Gaza, a déclaré l’ancien président Donald Trump, avant la libération dimanche d’un troisième groupe d’otages du Hamas.

“Quelqu’un a-t-il remarqué que le Hamas renvoyait des gens d’autres pays, mais n’avait pas encore ramené un seul otage américain ?”, a écrit samedi le candidat probable à la présidentielle de 2024 dans un message publié sur la plateforme de médias sociaux Truth Social.

“Il n’y a qu’une seule raison à cela : AUCUN RESPECT POUR NOTRE PAYS NI NOTRE LEADERSHIP”, a ajouté Trump. « C’est une période très triste et sombre en Amérique ! »

« Le Hamas veut désormais un meilleur accord pour les otages », a écrit Trump. “Ça ne finira pas bien !”

Des dizaines d’otages ont été libérés dans le cadre d’un fragile accord de cessez-le-feu qui a mis fin à des semaines d’effusion de sang dans la bande de Gaza à la suite des attaques choquantes du Hamas contre Israël le 7 octobre.

Cependant, jusqu’à présent, aucun citoyen américain ne figurait parmi eux. Le Hamas aurait encore 10 otages américains après la libération de la mère et de la fille, Judith et Natalie Raanan, le mois dernier.

Un haut responsable avait déclaré aux médias avant le cessez-le-feu que deux Américaines et un petit enfant devraient figurer parmi les otages libérés. Un haut responsable de l’administration du président Joe Biden a ensuite déclaré samedi que les otages américains du deuxième groupe sortis de captivité samedi soir ne seraient pas libérés.

Semaine d’actualités a envoyé un e-mail à la Maison Blanche et à Trump pour solliciter des commentaires.

Le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, a déclaré dimanche sur NBC que les États-Unis avaient « des raisons de croire que l’un de ces Américains sera libéré aujourd’hui », faisant référence aux deux femmes et à la jeune fille.

Des hommes armés du Hamas ont pris environ 240 otages à Gaza lors des violentes attaques du 7 octobre, ce qui a incité Israël à s’engager à détruire le groupe et à lancer une campagne de bombardements massive dans le nord du territoire. L’armée israélienne a ensuite lancé une opération terrestre autour de la ville densément peuplée de Gaza, qui a été suspendue en raison du cessez-le-feu temporaire.

Vendredi, le Hamas a remis un premier groupe de 13 otages israéliens, 10 ressortissants thaïlandais et un citoyen philippin, en plus des cinq qui avaient déjà quitté Gaza. Les otages ont été restitués dans le cadre d’un accord prévoyant l’échange de 50 otages à Gaza contre 150 prisonniers palestiniens dans les prisons israéliennes, qui ont été libérés dans le cadre du cessez-le-feu de quatre jours entre Israël et le Hamas. Les ressortissants thaïlandais ont été libérés en vertu d’un accord distinct.

Vendredi, Biden a déclaré que l’administration s’attend à ce que “des dizaines” d’otages retournent dans leurs familles pendant le cessez-le-feu, ajoutant: “Nous nous souvenons également de ceux qui sont toujours détenus et renouvelons notre engagement à soutenir également les leurs.”

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a qualifié la sécurité des Américains à l’étranger de « priorité absolue ».

Biden a déclaré avant le week-end dans le Massachusetts qu’il pensait qu’il existait une “réelle” possibilité que le cessez-le-feu soit prolongé.

Mais c’est une affaire précaire. La deuxième vague d’otages a été libérée avec retard samedi, le Hamas accusant Israël de rompre sa part de l’accord visant à fournir de l’aide au nord de la bande de Gaza, ce qu’Israël a démenti.

Articles Liés

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -

Derniers articles