Le déni du droit d’Israël à exister devrait être puni

ad

De plus en plus de gens scandent des slogans anti-israéliens dans les rues allemandes. Il est désormais question de criminaliser le déni du droit d’Israël à exister.

En raison de l’attaque terroriste contre Israël, les ministres de l’Intérieur des États fédéraux ont suggéré que le déni public du droit d’Israël à l’existence soit criminalisé. Il conviendrait de demander à la ministre fédérale de l’Intérieur Nancy Faeser (SPD) de vérifier si le droit pénal doit être adapté en conséquence. C’est ce qu’a déclaré vendredi la présidente de la Conférence des ministres de l’Intérieur (IMK), la sénatrice berlinoise de l’Intérieur Iris Spranger (SPD). L’objectif est de mieux comprendre le déni public du droit à exister.

Il s’agit de slogans contre Israël qui ont été scandés lors des manifestations par des groupes palestiniens pendant de nombreuses années, tels que : « Du fleuve à la mer, la Palestine sera libre » (en allemand : « Du fleuve à la mer » fait référence à la zone d’Israël). entre le Jourdain et la Méditerranée).

L’IMK a appelé Faeser à imposer de nouvelles interdictions sur les activités et les associations, en particulier pour le Centre islamique de Hambourg, a déclaré Spranger le dernier jour de la réunion à Berlin. La publicité en faveur des organisations terroristes doit être poursuivie plus strictement et les portails Internet islamistes radicaux doivent être fermés. « Internet ne doit ni être un lieu de repli ni un multiplicateur de propagation de la haine et de l’incitation à la haine contre Israël et les Juifs. »

Les ministres de l’Intérieur soutiennent le projet du gouvernement fédéral de stipuler que les étrangers « ayant des attitudes antisémites, racistes ou autres attitudes inhumaines » ne seront pas naturalisés comme Allemands, a poursuivi Spranger.

Les tests de naturalisation devraient être complétés par des questions sur la responsabilité particulière de la vie juive en Allemagne et sur le droit d’Israël à exister. Le gouvernement fédéral devrait examiner s’il est possible pour les personnes possédant plusieurs nationalités et reconnues coupables d’avoir formé une organisation terroriste de se voir retirer leur citoyenneté allemande.

En tant qu’invité à la conférence, l’ambassadeur israélien Ron Prosor a souligné qu’il s’agissait de la lutte de la démocratie contre la barbarie. “L’idéologie que nous voyons au Moyen-Orient est déjà présente en Allemagne et en Europe.” La frontière entre liberté d’expression et incitation à la violence a été franchie lors de manifestations appelant à l’anéantissement de l’État d’Israël. Les manifestants sont « un cheval de Troie pour la démocratie allemande ».

Articles Liés

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -

Derniers articles