Les talibans disent qu’ils veulent interdire TikTok “parce qu’il encourage la violence”…

Les talibans ont annoncé qu’ils interdiraient TikTok car il encourage la violence malgré le fait que leurs combattants partagent des atrocités sur le champ de bataille pour semer la peur parmi leurs ennemis sur la plateforme.

Le ministère taliban des télécommunications a déclaré que l’application populaire ainsi que PUBG, un jeu en ligne, seront interdits dans le pays d’ici quelques semaines.

“TikTok a diffusé du contenu et des vidéos immoraux et non islamiques dans un pays islamique parmi les jeunes très vulnérables d’Afghanistan, et nous devons le bloquer pour le bien de l’avenir de nos jeunes”, a déclaré un responsable taliban à MailOnline.

«Ils dévastent simplement nos jeunes en faisant la publicité du style de vie occidental. Nous vivons dans un pays islamique et ces plateformes diffusent des contenus contre lui », a-t-il déclaré.

“Facebook diffuse également le même type de contenu. Nos jeunes y perdent leur temps. C’est notre devoir de prendre soin des jeunes », a déclaré le responsable.

Les fournisseurs d’accès Internet ont été informés qu’ils disposaient de 30 jours comme “délai” pour interdire TikTok, a indiqué le ministère des Télécommunications dans un communiqué.

Les gens ne pourront pas utiliser les applications populaires dans le pays.

Les nouveaux dirigeants de l’Afghanistan ont annoncé la décision lors d’une réunion avec les représentants des secteurs de la sécurité et un représentant de l’administration chargée de l’application des lois de la charia.

Cela vient après les récentes interdictions de la musique, des films et des feuilletons télévisés qui ont vu les talibans détruire des instruments de musique.

Les fournisseurs de services de télécommunications et Internet afghans ont partagé les informations concernant l’interdiction et ont été invités à suivre les directives dans les délais impartis.

Cela survient alors que les combattants talibans utilisent les médias sociaux pour partager leurs atrocités sur le champ de bataille afin de semer la peur parmi leurs ennemis.

Cela survient alors que les combattants talibans utilisent les médias sociaux pour partager leurs atrocités sur le champ de bataille afin de semer la peur parmi leurs ennemis.

Une vidéo filmée et partagée sur les comptes de médias sociaux des talibans montre un groupe de cinq combattants aux yeux bandés qui ont les mains liées derrière eux avant d’être exécutés par des talibans en liesse.

Ils ont également interdit aux chaînes de télévision de diffuser ce qu’ils considéraient comme du « matériel immoral » et certaines chaînes se sont même fait dire qu’elles ne pouvaient pas diffuser de films et d’émissions étrangers.

Plus tôt, les talibans ont déclaré avoir bloqué plus de 23 millions de sites Web pour avoir affiché ce qu’ils considèrent comme du contenu “immoral” au cours de l’année depuis que les talibans ont pris le pouvoir dans le pays,

«Nous avons bloqué 23,4 millions de sites Web. Ils changent leurs pages à chaque fois. Ainsi, lorsque vous bloquez un site Web, un autre sera actif ”, a déclaré Najibullah Haqqani, ministre des Communications des talibans lors d’une conférence le mois dernier.

S’exprimant lors de la même conférence, le vice-ministre de la communication, Ahmad Masoud Latif Rai, a également critiqué Facebook pour sa réticence à coopérer avec les autorités talibanes sur la modération des contenus.

Après l’effondrement du gouvernement soutenu par les États-Unis et le retrait des troupes américaines du pays, un gouvernement afghan intérimaire dirigé par les talibans est arrivé au pouvoir le 15 août de l’année dernière.

La prise de contrôle des talibans a déclenché une crise économique et des pénuries alimentaires qui ont poussé le pays au bord d’une crise humanitaire.

Des milliers d’Afghans ont fui le pays par peur des talibans, des violations généralisées des droits de l’homme et de la privation des femmes et des filles de leurs libertés.

Depuis que les talibans ont pris le contrôle de l’Afghanistan à la mi-août de l’année dernière, ils ont réduit les droits des médias afghans et leur fonctionnement.

Selon les Nations Unies, il y a eu des changements importants dans le paysage médiatique du pays, notamment la fermeture de plus de la moitié des médias libres, l’interdiction de plusieurs chaînes et sites Web et l’augmentation des restrictions au travail, de la violence et des menaces contre les journalistes.

Selon les organisations internationales de défense de la liberté des médias, plus de 300 organes de presse afghans ont fermé depuis que les talibans ont repris Kaboul à l’été 2021.

Articles similaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

Le plus populaire