L’ex-allié de Poutine lui rend sa médaille et dit qu’il mène la Russie “vers l’abîme”

Une journaliste russe a rendu les médailles qui lui avaient été remises par le président Vladimir Poutine, l’accusant de “conduire le pays au gouffre”.

Zhanna Agalakova travaillait pour la chaîne de télévision publique Channel One depuis plus de 20 ans, mais a quitté son emploi en mars pour protester contre l’invasion de l’Ukraine.

Mercredi, Agalakova, qui vit désormais en exil en France, a posté sur les réseaux sociaux pour dire qu’elle avait rendu deux médailles : l’Ordre du Mérite pour la Patrie, deuxième degré, reçu en 2006, et l’Ordre de l’Amitié, décerné en 2018. .

Elle a posté une photo montrant les médailles, accompagnée d’une note manuscrite.

“Monsieur le président, votre leadership conduit le pays vers l’abîme”, lit-on dans la note. “Je considère vos récompenses comme inacceptables.”

Elle a également partagé la déclaration en douane de la poste française pour le colis, qui indiquait comme adresse de destination “Kremlin, Moscou, Russie”.

Le 27 mai, Agalakova a déclaré à la BBC Newsnight que les gens en Russie devraient éviter de regarder les réseaux gérés par l’État s’ils voulaient la vérité sur la guerre en Ukraine.

“C’est une machine à laver le cerveau”, a-t-elle dit. “N’écoutez pas, trouvez d’autres sources d’information.”

Elle a qualifié l’invasion de Poutine, lancée le 24 février, de “mal” et de “mort”.

“C’est comme si vous viviez dans deux mondes. Même maintenant, quand vous regardez les informations en Russie, parfois je le fais, c’est comme deux planètes différentes”, a déclaré Agalakova à la BBC.

Sa publication sur les réseaux sociaux mercredi est intervenue quelques heures après que Poutine a annoncé une mobilisation partielle des forces armées.

“J’estime nécessaire de soutenir la proposition du ministère de la Défense et de l’état-major général de procéder à une mobilisation partielle en Russie”, a déclaré le président russe dans une allocution télévisée, expliquant que les Russes qui sont dans la réserve seraient appelés.

“[Mobilization is subject] principalement à ceux qui ont servi dans les forces armées, ont certaines spécialités militaires et une expérience pertinente », a-t-il dit, ajoutant qu’ils suivraient une formation supplémentaire.

Les responsables de la défense ont déclaré que jusqu’à 300 000 réservistes seraient appelés.

La mesure était nécessaire “pour protéger la souveraineté, la sécurité et l’intégrité territoriale de la Russie”, a déclaré Poutine.

Il a également accusé l’Occident de se livrer à un «chantage nucléaire» et a souligné «les déclarations de certains représentants de haut rang des principaux États de l’OTAN sur la possibilité d’utiliser des armes nucléaires de destruction massive contre la Russie».

Poutine a déclaré: “A ceux qui se permettent de telles déclarations concernant la Russie, je tiens à vous rappeler que notre pays dispose également de divers moyens de destruction, et pour des composantes distinctes et plus modernes que celles des pays de l’OTAN et lorsque l’intégrité territoriale de notre pays est menacés, pour protéger la Russie et notre peuple, nous utiliserons certainement tous les moyens à notre disposition.

“Ce n’est pas du bluff.”

Depuis le discours télévisé, des manifestations ont éclaté dans diverses villes russes, des manifestants brandissant des banderoles disant “Non à la guerre” et “Pas de mobilisation”.

À Novossibirsk, un habitant qui participait à un rassemblement aurait été détenu sur la place Lénine.

Des images publiées sur Telegram montraient l’homme criant aux policiers : “Je ne vais pas mourir pour Poutine et pour vous ! Vous savez vous-même que tout est nul.” D’autres manifestants ont applaudi l’homme.

Newsweek a contacté le ministère russe des Affaires étrangères pour obtenir des commentaires.

Articles similaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

Le plus populaire