L’Iran et la Russie renforcent leur partenariat contre l’Occident

ad


Moscou et Téhéran renforceront leur partenariat en matière de sécurité et travailleront ensemble pour contrer les sanctions imposées par l’Occident, a déclaré l’un des principaux architectes de l’invasion totale de l’Ukraine par Vladimir Poutine.

Nikolai Patrushev, secrétaire du Conseil de sécurité russe, a annoncé une coopération plus étroite entre les alliés après une réunion avec le chef du Conseil suprême de sécurité nationale iranien, Ali Akbar Ahmadian.

Les relations entre Téhéran et Moscou se sont approfondies depuis le début de la guerre en Ukraine, alors que l’Iran a fourni aux forces russes des véhicules aériens sans pilote (UAV) Shahed qui ont fait des ravages dans les infrastructures ukrainiennes. Les deux puissances nucléaires doivent s’attendre à de sévères sanctions internationales.

Semaine d’actualités a contacté les ministères des Affaires étrangères iranien et russe pour obtenir leurs commentaires.

Selon l’agence de presse officielle russe Tass, Patrushev et Ahmadian ont discuté de liens plus étroits entre les conseils de sécurité, les forces de l’ordre et les services de renseignement des deux pays lors de leur réunion de mercredi.

La discussion des responsables s’est concentrée sur “la sécurité de l’information et la sécurité économique face aux pressions des sanctions des pays occidentaux”, a indiqué l’agence, tandis que Patrushev s’est vanté que les relations entre les pays “ont atteint un nouveau niveau”.

Patrouchev était auparavant chef des principaux services secrets russes, le FSB. L’un des trois fidèles de Poutine qui ont servi le président russe à Saint-Pétersbourg depuis les années 1970, ses opinions agressives ont fait de lui un personnage clé dans l’invasion du pays voisin de la Russie par Poutine.

Il s’était rendu à Téhéran en novembre 2022 pour rencontrer le prédécesseur d’Ahmadian, Ali Shamkhani. En juin 2023, Patrushev a rencontré le chef de la police iranienne, le général de brigade Ahmad Reza Radan, à Moscou, a rapporté le média iranien Fars.

Ahmadian a profité des discussions de mercredi pour fustiger l’Occident à propos de la guerre menée par Israël contre le Hamas, déclarant à son homologue russe : « La grandeur de l’Amérique a été brisée, et aujourd’hui elle ne peut même pas unir ses alliés traditionnels autour d’elle », selon les médias d’État iraniens.

« Un pays qui se considère comme une superpuissance mène une guerre contre les groupes de résistance et les populations de la région », a-t-il ajouté.

La guerre à Gaza se poursuit alors qu’Israël combat le Hamas après que le groupe a attaqué le sud d’Israël le 7 octobre. Alors qu’Israël lançait des attaques contre le Liban et ses frontières, des groupes alignés sur l’Iran ont ciblé les intérêts américains et internationaux dans la région, faisant craindre qu’une attaque contre le Liban et ses frontières ne se transforme en un conflit régional plus vaste.

La Russie a également condamné les actions d’Israël à Gaza.

L’attentat à la bombe du 3 janvier contre une cérémonie marquant l’assassinat par les États-Unis de l’ancien commandant de la Force Qods Qasem Soleimani dans la ville iranienne de Kerman a tué au moins 94 personnes, revendiqué par le groupe extrémiste musulman sunnite État islamique.

Mercredi, Patrushev a exprimé ses condoléances pour l’attaque et lui et son homologue iranien ont discuté d’une coopération plus étroite dans la lutte contre le terrorisme.

Un accord bilatéral global entre l’Iran et la Russie devrait être signé par les présidents des deux pays, mais aucune date n’a encore été fixée, a déclaré le ministère des Affaires étrangères à Moscou, selon Tass.

Articles Liés

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -

Derniers articles