L’ONU préoccupée par les allégations de traite des êtres humains et d’autres crimes

L’ONU craint que la pandémie n’ait contribué à masquer l’ampleur de la traite des êtres humains.

Les cas enregistrés ont considérablement diminué pendant la crise sanitaire, mais les experts dans le domaine pensent qu’il se pourrait que des crimes tels que la traite, la prostitution et le travail forcé s’enfoncent plus profondément dans la clandestinité pour éviter les poursuites.

“Il y a eu une explosion de l’exploitation sexuelle en ligne et plusieurs pays ont vu leurs systèmes judiciaires et policiers cesser de fonctionner pendant la pandémie”, a expliqué Ilias Chatzis, chef de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime à Vienne, “ils ont dû détourner des ressources à d’autres fins de maintien de la santé publique ».

Onze pour cent de moins de cas de traite des êtres humains dans le monde ont été détectés en 2020 par rapport à l’année précédente, et il y avait également des différences entre les régions riches et pauvres.

Alors que les chiffres ont diminué de moitié en Asie de l’Est et en Afrique du Nord, ils ont augmenté en Europe et en Amérique du Nord, où, selon l’ONU, davantage de chercheurs et de ressources étaient disponibles.

L’ONU craint que la baisse du nombre de cas détectés pour la première fois en 20 ans ne devienne la norme. Ils disent que cela ne signifie pas que cela ne se produit pas, cela devient juste de plus en plus difficile à comprendre.

Pendant la pandémie, les trafiquants de drogue ont profité de la crise pour étendre leurs structures criminelles sans se faire repérer.

“Les chiffres ont tellement baissé que si nous voulons avoir de réelles chances d’éradiquer ce crime, nous devons penser différemment”, a déclaré Ilias Chatzis.

Regardez la vidéo dans le lecteur ci-dessus.

Articles similaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

DERNIÈRES NOUVELLES