Un agent de sécurité conduit une petite fille d’une aire de jeux à Sydney avant de s’exposer

La famille d’une fillette de trois ans a déclaré qu’elle “ne serait plus jamais la même” après qu’un agent de sécurité malade l’ait emmenée hors d’une aire de jeux avant de lui exposer son pénis.

Mohammed Al Bayati a été capturé sur CCTV forçant la fille à s’éloigner d’une aire de jeux à Direct Factory Outlet Homebush à l’ouest de Sydney avant de la conduire dans un couloir.

L’agent de sécurité a tenu la main de la jeune fille avant qu’elle ne disparaisse des caméras pendant 11 minutes.

Al Bayati a affirmé qu’il aidait l’enfant perdu à retrouver sa mère, mais a été reconnu coupable de s’être exposé à elle dans une cage d’escalier.

Le juge Christopher Robison l’a condamné vendredi à un maximum de quatre ans de prison et a déclaré qu’il avait détenu la jeune fille pour sa “gratification sexuelle”.

Dans une déclaration de la victime, les parents de la jeune fille ont déclaré que “leur vie de famille paisible a été détruite et ne sera plus jamais la même”.

“Il a pris et détenu la victime pour sa gratification sexuelle”, a déclaré vendredi le juge Robinson dans son jugement.

«Quand on examine attentivement toutes les preuves, il est clair pour moi qu’il avait un intérêt sexuel pour la victime.

“Je suis conscient de l’âge de la victime ainsi que de celui de l’agresseur, à qui on aurait fait confiance pour retrouver sa mère.”

La fille a dit plus tard à ses parents que Al Bayati “touchait son aiguille”, cependant Le procureur de la Couronne, John Sfinas, a déclaré qu’il ne pouvait pas être établi si l’agent de sécurité se masturbait.

Le juge Robinson a ajouté qu’Al Bayati a donné la priorité à “ses propres intérêts sexuels au-dessus de” son devoir de rendre la fille à sa famille.

Le juge Robinson a ajouté qu’Al Bayati a donné la priorité à “ses propres intérêts sexuels au-dessus de” son devoir de rendre la fille à sa famille.

Al Bayati – qui a un visa de protection – a été initialement accusé d’avoir agressé la petite fille, mais un jury n’a pas été en mesure de rendre un verdict lors du procès de 2018.

Un deuxième jury l’a par la suite reconnu coupable d’attentat à la pudeur mais il a fini par être acquitté en appel.

Lors de son troisième procès en juillet, Al Bayati a été reconnu coupable de deux chefs d’accusation moins graves, à savoir détention d’une personne pour obtenir un avantage et acte d’indécence avec un enfant.

Il est déjà admissible à la libération conditionnelle après avoir purgé trois ans et sept mois de détention.

Cependant, une fois qu’Al Bayati sort de prison, il risque la détention à vie parce que son visa de protection a été annulé.

Le gouvernement fédéral ne le renverra pas en Irak en raison du risque de persécution.

Le juge Robison a déclaré vendredi devant le tribunal de district de Downing Center de Sydney qu’il avait pris en compte le fait que l’homme de 33 ans avait cherché refuge en Australie depuis l’Irak déchiré par la guerre, où il avait été retenu captif à l’adolescence et menacé de décapitation, selon 9News.

Cependant, le juge Robison a déclaré que cela n’excusait en rien son comportement.

Articles similaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

Le plus populaire