Une maman australienne floricole perquisitionnée après avoir cultivé accidentellement des pavots à opium illégaux pour des mariages

Une maman productrice de fleurs a été perquisitionnée par une brigade antidrogue du gouvernement qui a détruit des cultures de pavots interdits qu’elle cultivait involontairement pour les mariages.

Kate Dixon, qui dirige Clifton Blooms près de Hobart, a reçu un appel du gouvernement de Tasmanie lorsqu’elle a fièrement publié des photos de ses cultures en pleine croissance sur sa page de médias sociaux.

Les autorités ont immédiatement soupçonné que certains pourraient être des coquelicots restreints qui, entre de mauvaises mains, peuvent être utilisés pour produire des drogues comme l’héroïne et la morphine.

Après que des agents soient venus tester les fleurs de Mme Dixon, il a été confirmé qu’il s’agissait de pavots persans et de pavots à opium interdits.

Les deux variétés sont fortement restreintes et cultivées pour produire de la morphine, de la thébaïne et de la codéine à utiliser dans les analgésiques délivrés uniquement sur ordonnance.

Mme Dixon, maman d’un jeune enfant en bas âge qui a déménagé en Tasmanie avec son mari, avait acheté les graines roses qu’elle avait achetées à un fournisseur de semences australien enregistré, a rapporté l’ABC.

«Je les cultivais uniquement pour les mariages. Je n’en avais absolument aucune idée », a déclaré Mme Dixon, une productrice commerciale.

Mme Dixon a coopéré avec les autorités qui ont retiré 50 plantes de sa propriété.

Mme Dixon a affirmé que les coquelicots étaient «un favori des jardins de cottage» et populaires auprès des Tasmaniens.

‘[But] c’est une culture très, très strictement réglementée. Et oui, entre de mauvaises mains avec une mauvaise intention, ce serait vraiment dangereux.

La Tasmanie détient environ 25 % de la production mondiale d’opium et de codéine provenant de sa culture du pavot.

La Tasmanie détient environ 25 % de la production mondiale d’opium et de codéine provenant de sa culture du pavot.

Les pavots persans (Papaver bracteatum) sont cultivés pour produire de la thébaïne, qui est commercialement convertie en codéine et en plusieurs opiacés semi-synthétiques.

Ceux-ci comprennent l’hydrocodone, l’hydromorphone, l’oxycodone et l’oxymorphone.

Le pavot à opium est cultivé pour les graines de pavot mais aussi pour l’opium qu’il contient.

Mme Dixon cultive également des coquelicots ornementaux qui ne contiennent aucune substance restreinte.

Il a également été révélé que la faune tasmanienne s’est intéressée aux immenses champs de pavot de l’État.

Un guide touristique australien affirme que les wallabies et les moutons se défoncent délibérément en attaquant des pavots à opium, puis en piétinant d’étranges crop circles et en s’endormant dans les champs des agriculteurs.

L’éducateur de plein air Sid Hewison affirme que les «cercles de culture» dans les champs de pavot des agriculteurs de Tasmanie étaient parfois causés par des wallabies sauvages mangeant les bulbes.

Un porte-parole du ministère des Ressources naturelles et de l’Environnement de Tasmanie a confirmé que 50 plantes avaient été retirées «de la propriété en question» et «ont été d’une espèce interdite.

“Le Département apprécie l’aide du propriétaire”, a déclaré le porte-parole.

“Lorsque des coquelicots interdits ont été trouvés dans un jardin, notre approche préférée est généralement l’éducation, la sensibilisation et l’engagement avec le propriétaire.”

Daily Mail Australia a approché Mme Dixon pour un commentaire.

Articles similaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

Le plus populaire